Pièce radiophonique : Maison de retraite les campanules

Note : 5 / 5
(6 avis)
Couverture de la fiction Maison de retraite les campanules, de Claude Allain
Écrit par Claude Allain

avec Robert Constant, Monique Lapierre, Julien Pastorello et Dominique Epois

Description


Deux retraités, un parisien et un méridional se retrouvent dans une maison de retraite en plein cœur du Var. Rien ne les rapproche, au contraire, une fondamentale différence de leurs conditions sociales aurait même tendance à les dresser l’un contre l’autre, tels deux vieux coqs de combat.





Mme Deltour, la directrice de la maison de retraite, jouerait-elle les arbitres ?


  • Âge conseillé +16 ans

6 réflexions au sujet de « Maison de retraite les campanules »

  1. J’adore cette pièce. L’histoire est très savoureuse et les acteurs très compétents.

  2. C’est un peu comme du Pagnol. L’accent du Sud contre celui du Nord, le Pastis contre le Ricard. Mais ils vont devoir se supporter malgré leurs différences et s’apprécier pour une promesse faite à une femme. Les meilleurs ennemis en somme : Peppone et Don Camillo.

  3. J’ai bien aimé les sons derrières les voix, des oiseaux qui chantent, du gravier qui crissent, les accents des voix de Dominique Epois, Julien Pastorello, Monique Lapierre et Robert Constant. Je trouve que l’imagination fonctionne différemment et c’est agréable.

  4. Pour écouter une fiction, ce qui est le plus difficile quand on ne vit pas seule c’est d’avoir le silence assez longtemps pour pouvoir écouter l’histoire en entier. Là, il faut 1H15 et j’ai donc dû l’écouter en deux fois. J’ai adoré!

  5. Voilà un baptême du livre audio bien sympathique. Les 4 voix (Dominique Epois, Julien Pastorello, Monique Lapierre et Robert Constant) mélangées aux sons extérieurs tels les oiseaux, les gravillons rendent l’écoute agréable et nous laissent imaginer le décor de ce jardin, ces personnages sous le tilleul avec un petit vent frais. Merci pour le merveilleux moment que j’ai passé.

  6. Une écoute à huis clos est réellement indispensable pour être sûr de savourer chaque élocution. Je n’ai pu m’empêcher de prendre quelques notes et relever quelques passages de peur de perdre le fil de l’histoire mais j’aurais pu m’en passer. C’est simple à écouter, comme si je vivais ce moment avec eux, près d’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *